Category Archives: La Mort de la Mort

Le point sur les expérimentations humaines. La mort de la mort. Octobre 2017. N° 103.

Il est en fait impossible de donner un consentement éclairé dans le cas d’une recherche jugée intrinsèquement très risquée, même si vous voulez le faire et que vous savez ce qui est en jeu et quelles sont les chances que vous souffriez d’une hémorragie cérébrale ou quoi que ce soit d’autre. Professeur Steve Fuller, philosophe et sociologue britannique. (vidéo de Virtual Future 2017, traduction)


Thème du mois: Recherche expérimentales de longévité de femmes et d’hommes (âgés)


La liste est longue des produits, méthodes et traitements pour lesquels il a été affirmé qu’il était possible de vivre (beaucoup) plus longtemps. Aujourd’hui, les recherches avec des applications à court ou moyen terme envisageables pour les humains concernent notamment les thérapies géniques, les cellules-souches, des produits (metformine, rapamycine, statines, sénolytiques…), les nanotechnologies, l’alimentation, l’exposition aux substances toxiques et le mode de vie.

Les efforts pour la longévité semblent parfois désordonnés, vains, ridicules et anti-naturels, tout comme semblaient désordonnés, vains, ridicules et antinaturels, les essais pour faire voler des plus lourds que l’air à la fin du 19è siècle.

Comme pour l’aviation, le chemin du succès passera par des essais difficiles. Mais nous avons aujourd’hui bien plus de moyens qu’au tournant du 20è siècle et l’enjeu potentiel ne concerne pas les touristes aériens du siècle à venir mais des milliards de femmes et d’hommes avançant en âge aujourd’hui.

Garanties à apporter

Études en double aveugle

Pour qu’une étude thérapeutique démontre son efficacité de manière indiscutable, il est en règle nécessaire qu’elle se déroule en « double aveugle ». Généralement, cela se fait de la manière suivante:

  • Un groupe de sujets d’expérience est constitué puis divisé en deux parties égales de manière aléatoire (par tirage au sort)
  • Chaque groupe est traité d’une manière qui apparaît comme identique tant pour les sujets de l’expérience que pour ceux qui administrent le traitement. Cependant, seule une moitié des personnes reçoivent un vrai traitement, les autres reçoivent un simulacre de traitement.

Ceci est nécessaire pour diminuer le risque de fraude mais aussi pour contrer les effets placebo et nocebo. Par exemple, les personnes recevant un traitement peuvent se sentir mieux (l’effet placebo) alors que les personnes ne recevant rien pourraient se sentir exclues et donc mal (effet nocebo). Il ne suffit pas que les patients ne sachent pas ce qu’ils reçoivent. Ainsi, un infirmier pensant donner un produit « miracle » sera plus attentif, souvent de manière inconsciente, pour le patient porteur d’espoir que pour le patient « contrôle ».

Réaliser une expérience en réel double-aveugle est souvent complexe (et même parfois impossible). Par exemple une pilule placebo n’a pas la même consistance et le même goût qu’une pilule avec des produits actifs. Il peut également se poser des problèmes éthiques, si la thérapie envisagée est lourde. Ainsi, faire une intervention simulée similaire à une opération thérapeutique lourde, n’est pas admissible aujourd’hui.

Il faut préciser que, pour  des tests en double aveugle portant sur des personnes souffrant de maladies, le groupe « placebo » n’est pas laissé sans soin. Deux cas sont envisageables :

  • un groupe reçoit la thérapie traditionnelle et un autre groupe reçoit la thérapie nouvelle
  • un groupe reçoit la thérapie traditionnelle et un autre groupe reçoit la thérapie traditionnelle et la thérapie nouvelle

Tout ce qui précède concerne des thérapies avec des effets relativement limités. Si les résultats sont très nets et rapides, des tests peuvent être utiles même s’ils ne sont pas en double aveugle et s’ils se font seulement sur quelques personnes.

Garanties du point de vue du coût de l’expérimentation pour les patients

Il est souhaitable que les personnes de l’expérience soient bénévoles : payer des personnes, au-delà d’une indemnisation des frais, pour effectuer des essais, pourrait avoir pour conséquence que des personnes accepteraient de prendre des risques non pas par « consentement éclairé » mais plutôt pour gagner de l’argent. Les garde-fous mis en place pour éviter des expériences trop dangereuses seraient donc diminués.

Certains souhaitent faire payer des personnes pour tester. Accepter cela a pour conséquence que des thérapies innovantes sont réservées à ceux qui en ont les moyens. Les partisans de ce paiement insistent cependant sur le fait que les riches testant ces produits seraient des « cobayes » utiles à la collectivité et particulièrement bien informés.

Garanties juridiques

Dans l’Union européenne, aux Etats-Unis et dans les pays socio-économiquement similaires, les législations sont de plus en plus exigeantes sur le plan de la santé, ce qui est positif. Elles sont aussi de plus en plus complexes, abondantes et exigeantes techniquement notamment pour les expérimentations. Ceci mène à rendre (quasiment) impossible qu’un volontaire informé puisse tester certaines thérapies même si

  • il souhaite le faire par intérêt personnel;
  • il souhaite le faire par désir de faire avancer « la science » pour une vie en bonne santé;
  • il est très âgé et sait qu’en l’absence de thérapie efficace nouvelle, il ne lui reste probablement que quelques années à vivre;
  • il pourrait parfaitement et en toute légalité en dehors du laboratoire prendre des risques pour sa santé infiniment plus importants; rien ne lui interdit de se remettre à fumer, de boire cinq cognacs par jour et d’avaler tout ce qui se vend sans ordonnance en pharmacie sans se soucier des effets nocifs et sans personne pour l’avertir des risques.

Permettre à des volontaires informés de participer plus aisément à des recherches est donc souhaitable pour le bien des volontaires et pour le bien des frères humains qui après nous vivez.

Devoir d’information, même en cas d’échec

Le but des recherches est une vie meilleure pour tous. Il va de soi que l’effet n’est pas atteint si une découverte positive reste secrète. Dans ce cadre, il y a la question des brevets et des droits de propriété qui a été notamment abordée dans la lettre de mars 2017.

Mais il est également utile que les recherches sans amélioration soient connues. Il est même extrêmement important que les pratiques scientifiques et les législations prévoient leur communication parce que :

  • il est tentant pour des raisons psychologiques, sociales, économiques, … de dissimuler des échecs
  • et ce alors que la collectivité a tout intérêt à connaître ce qui ne « fonctionne » pas (pour ne pas reproduire inutilement des expérimentations) ainsi que les erreurs d’expérimentation commises (pour ne pas les renouveler).

Qui pourrait tester ?

À quel âge tester des thérapies nouvelles ?

La plupart des expérimentations médicales se font aujourd’hui chez des personnes relativement jeunes. La raison de ce choix est éthique, pratique et économique :

  • il s’agit de prendre des individus « solides » qui risquent moins en cas d’accident (raison éthique);
  • Il faut éviter que les sujets d’expériences aient des problèmes de santé autres que ceux pour lesquels le test est fait sinon il serait difficile de distinguer effet négatif éventuel d’une thérapie et autres problèmes de santé, en tout cas si le groupe test est de petite taille (raison pratique et économique).

Or, de plus en plus, et surtout dans les pays les plus riches, nous ne mourrons plus que de maladies liées au vieillissement. Nous vivons généralement en bonne santé de plus en plus longtemps au moins jusqu’à 65 ans, et souvent jusqu’à 75 ou même 80 ans. De plus en plus, les décès avant 75 ans sont qualifiés de décès « prématurés ». Par contre la limite supérieure de la durée de vie progresse beaucoup moins rapidement et même stagne.

Autrement dit, aujourd’hui :

  • l’essentiel des conséquences mortelles du vieillissement se passe en 15 à 20 ans d’un peu moins de 80 ans à environ 95 ans pour les hommes et d’un peu plus de 80 ans à un peu moins de 100 ans pour les femmes ;
  • alors que l’essentiel des essais thérapeutiques se fait chez des sujets jeunes c’est-à-dire qui n’ont pas besoin de thérapie.

Tester des thérapies nouvelles sur des personnes âgées de moins de 75 ou 80 ans ne permettrait donc pas de faire des constatations importantes en termes de mortalité avant une décennie, surtout si le groupe de personnes testées est réduit. Bien sûr, il y a des marqueurs biologiques qui permettent de donner des indications relatives au rythme de vieillissement, mais aucun de ces marqueurs n’est actuellement considéré comme le mesurant clairement.

Il serait même plus souhaitable encore de réaliser des tests en double aveugle sur des femmes et des hommes très âgés (hommes de plus de 90 ans, femmes de plus de 95 ans), en bonne santé pour leur âge et ayant donné un consentement informé. Attention, il ne s’agirait pas de tester une thérapie pour un groupe et de laisser l’autre groupe sans rien mais d’avoir deux groupes (voire plusieurs groupes) bénéficiant tous de soins élevés dont certains recevraient en plus une thérapie nouvelle (et d’autres un placebo).

Dans ce cas de figure, du seul fait de l’expérimentation et de son but (recherche médicale pour vivre plus longtemps en bonne santé), la durée de vie moyenne et la durée de vie moyenne en bonne santé se trouverait presque certainement allongée même pour le groupe ne recevant pas de thérapie nouvelle (car ils bénéficieraient tous de soins adaptés, dans un environnement favorable, ….).

Ce qui se fait réellement aujourd’hui

Aujourd’hui, selon les informations disponibles dans la presse, seules trois expérimentations sont connues. Aucune n’est directement organisée par une institution publique.

Le projet TAME a pour objectif de tester sur des milliers de personnes âgées américaines en bonne santé l’effet positif pour la longévité de la metformine (un médicament utilisé notamment pour le traitement du diabète).

La société Ambrosia veut expérimenter l’utilisation chez des personnes âgées américaines les effets réjuvénateurs de l’injection de sang de personnes jeunes.

Liz Parrish de la société Bioviva se définit comme le « patient 0 » (la première patiente) pour des thérapies de réjuvénation. Elle a utilisé une thérapie génétique pour l’allongement des télomères de ses cellules et un inhibiteur de myostatine pour renforcer ses capacités musculaires.

Ce qui peut se faire demain

En octobre 2017, comme chaque mois, plus de 3 millions de personnes sont décédées des suites de maladies liées au vieillissement. Chaque jour, des milliards d’euros sont consacrés pour les soins de santé aux personnes âgées dans le monde et c’est très bien pour ceux qui en bénéficient (malheureusement beaucoup de personnes âgées ne bénéficient d’aucun soin). Durant la même période, les expérimentations humaines concernant l’amélioration de la longévité n’ont concerné que quelques personnes et les investissements sont dérisoires.

Des citoyens seraient certainement volontaires pour participer à des recherches et expérimentations. Le droit des citoyens à chercher comment gagner des années de vie en bonne santé pour les autres et pour eux-mêmes pourrait être développé plus rapidement si la mobilisation à ce sujet s’accroissait.


La bonne nouvelle du mois : avancées pour les recherches relatives aux cellules sénescentes


Les recherches sur les sénolytiques (produits détruisant les cellules sénescentes) sont de plus en plus nombreuses et prometteuses. Le prestigieux magazine Nature vient de publier un article consacrée à la réjuvénation grâce à la suppression des « cellules zombies » (To stay young, kill zombie cells). L’article annonce notamment que des essais sur des êtres humains sont très proches.

Pour en savoir plus:

De manière générale, voir notamment: heales.orgsens.orglongevityalliance.org et longecity.org

A propos d’expérimentation humaine (pas seulement médicale) : en.wikipedia.org/wiki/Human_subject_research

Photo

Longévité, y-a-t-il un vaccin pour cela ? La mort de la mort. Septembre 2017. N° 102. 

 

Les progrès dans la médecine et l’agriculture ont sauvé beaucoup plus de vies que toutes celles perdues dans toutes les guerres de l’histoire. Carl Sagan 1995 (traduction)


Thème du mois : Les vaccins, un des moyens pour les progrès de la longévité


La vaccination est une forme de médecine préventive qui modifie de manière positive le corps des femmes et des hommes dès leur plus jeune âge depuis déjà plus d’un siècle. Il s’agit donc d’une forme d’augmentation, d’un éloignement positif de l’état antérieur. La peste et la variole, tout comme les poux et les ténias, accompagnaient « fidèlement » l’humanité depuis des millénaires. Petit à petit, nous apprivoisons et comprenons mieux la nature et nous nous débarrassons de certains organismes sans trop de regrets ou de remords. Il faut cependant être attentif aux conséquences collatérales possibles de la disparition de ces organismes.

Si la vaccination n’était pas là depuis des décennies mais commençait à être utilisée aujourd’hui, elle serait très probablement vue comme une avancée énorme. L’opposition serait moindre que l’opposition actuelle aux vaccins. En effet, nous verrions mieux les innombrables vies sauvées et les effets secondaires apparaîtraient totalement négligeables.

Le nombre d’existences sauvées grâce aux vaccinations se compte en centaines de millions. Les années de vie en bonne santé gagnées se compte en milliards. La variole, dont certaines variantes provoquaient un taux de mortalité de 30 % est aujourd’hui éradiquée. La rougeole qui provoquait encore la mort d’environ 650.000 personnes en l’an 2000 a causé la mort de moins de 150.000 personnes en 2015.

Pour beaucoup de ces maladies, la petite phrase Ce qui ne te tue pas te rend plus fort est tout à fait incorrecte. La fièvre typhoïde, je l’ai eue. On en meurt ou on en reste idiot. aurait peut-être dit le maréchal Mac Mahon à la fin du 19ème siècle. Les survivants de la variole comme les personnes qui ne mouraient pas de la poliomyélite ne guérissaient que partiellement, restaient profondément marqués leur vie durant.

Demain

Les personnes âgées qui décèdent actuellement succombent principalement suite à des maladies cardiovasculaires, à des cancers et à des maladies neurodégénératives.

Mais ces personnes meurent également fréquemment en tant que victimes de maladies contagieuses. L’affaiblissement global suite à la sénescence et particulièrement la perte d’efficacité du système immunitaire les rend vulnérables à des maladies qui sont devenues bénignes pour presque tous les autres citoyens. En fait, de nombreuses maladies contagieuses, à commencer par la grippe et la tuberculose, ont presque cessé d’être des maladies mortelles lorsque des soins corrects sont prodigués, sauf pour les personnes âgées. Ainsi en France en 2013, environ 85 % des décès causés par les maladies infectieuses et parasitaires ont eu lieu chez des personnes de plus de 65 ans.

Pour ces personnes âgées, les progrès de la vaccination peuvent sauver bien des vies.

Le cas le plus connu est celui de la grippe. Nous savons que le virus mute chaque année et que le vaccin est plus ou moins efficace d’une année sur l’autre, mais un taux supérieur de vaccination est facteur de gain de vies.

L’efficacité des vaccins varie selon le type de maladie et aussi selon le pourcentage de la population couverte. En plus de la vaccination, les mesures d’hygiène et de prophylaxie ont également un impact positif considérable car elles contribuent largement à réduire la transmission des affections.

Au fur et à mesure de l’avancée en âge, nous sommes de plus en plus nombreux à être infectés, généralement sans le savoir par l’une ou l’autre variante du virus de l’herpès. Dans certaines régions, à partir d’un certain âge, la quasi-totalité de la population peut être atteinte. Les effets de ces virus sont bénins pour les personnes jeunes mais plus importants pour les personnes plus âgées. Une vaccination des citoyens pourrait diminuer la mortalité.

Après-demain

Dans un récit de science-fiction déjà ancien (le Grand Secret de René Barjavel), c’est un virus qui rend les humains (et d’autres animaux) immortels. Ce virus pouvait être injecté et c’était donc en quelque sorte un « vaccin » contre la mort. Dans ce récit, les grands de ce monde décidaient de garder la thérapie secrète avant de détruire les « immortels ».

Est-ce qu’un vaccin qui rendrait, non pas immortel mais « amortel », c’est-à-dire sans mort par vieillissement, est concevable ?

Au sens strict, un vaccin ne lutte que contre une maladie ou un ensemble de maladies. Donc un vaccin contre l’ensemble des mécanismes du vieillissement ne serait pas envisageable. Mais ce qui est envisageable, c’est qu’un jour, une simple injection ou absorption de substance puisse permettre une vie beaucoup plus longue, voire sans limitation de durée.

Nous savons que la durée de vie maximale des animaux est étroitement liée à leur patrimoine génétique avec des différences qui peuvent être très importantes pour des espèces biologiquement proches. Nous savons également comment réaliser une thérapie génique en injectant des virus qui introduisent des gènes utiles. Ceci n’est actuellement cependant possible que dans des cas très spécifiques à savoir certaines maladies génétiques rares. La société Bioviva a également réalisé une thérapie génique spécifiquement contre le vieillissement mais dans un cadre très spécifique.

Il est concevable qu’un jour lointain, nous ayons une injection qui ressemblerait à un « vaccin de la longévité ». Mais nous en sommes encore bien loin, notamment parce que, en ce qui concerne les êtres humains, nous n’avons pas (encore?) trouvé de gènes fortement associés à une vie en bonne santé beaucoup plus longue.

Plus hypothétique encore, nous pourrions un jour injecter dans nos corps des nanorobots capables de détruire nos cellules sénescentes et les substances et virus nocifs et aptes à renforcer des organes déficients. Ceci est bien sûr fort différent d’une vaccination. Mais, comme pour les thérapies géniques et comme pour les vaccinations, le concept est l’introduction d’une substance extérieure provoquant une sorte de réaction en chaîne bénéfique. Bien sûr, il faudra être attentif aux effets secondaires possibles de l’ingestion de corps étrangers. Ceci étant, au cours d’une existence ordinaire, un être humain absorbe en respirant des centaines de milliers de mètres cubes d’air contenant des kilos de poussière et des milliers de petits insectes. Il mangera des dizaines de mètres cubes d’aliments divers et variés involontairement accompagnés de bien des kilos de substances totalement indigestes.

Dans les deux cas envisagés pour des thérapies futures, comme dans les vaccinations contemporaines, ce qui fait du bien à l’intérieur et nous transforme positivement ne se voit pas à l’extérieur. Nous serons les mêmes d’apparence extérieure demain que nous sommes aujourd’hui. Tout comme nous sommes aujourd’hui physiquement peu différents de nos lointains parents du paléolithique. Mais ceux-ci, durant 98 % de l’histoire de l’humanité (jusqu’il y a moins de 10.000 ans), ne vécurent jamais plus de 50 ans.

Un jour pourrait venir où nous garderons et même améliorerons notre apparence extérieure ainsi que… notre capacité à nous aimer les uns les autres, bien plus longtemps qu’aujourd’hui.


La bonne nouvelle du mois : Plus de mobilisation pour tester des thérapies pour la longévité


Un intéressant article dans le presse belge était intitulé Ces métiers qui tuent la mort. Il détaillait (malgré des approximations) des pistes pour la longévité. Mais à côté des métiers utiles pour lutter contre la mort, il faut encore vérifier l’efficacité du travail pour les milliards de « bénéficiaires » potentiels (tous les humains).

Au moins deux initiatives privées sont en cours dans ce domaine:

  • L’organisation Better Humans annonce l’organisation de tests avec des “sénolytiques »
  • L’association Rescue our Elders rassemble des informations quant à de nombreuses recherches et encourage des citoyens à se porter volontaires pour leur bien et le bien collectif.

Pour en savoir plus :

 

Longévité, y-a-t-il une app pour cela ? La mort de la mort. Août 2017. N° 101. 

J’ignore si je veux l’immortalité, mais je suis raisonnablement certain que je ne souhaite pas mourir aussi longtemps que je ne veux pas mourir. Nikola Danaylov, futuriste auteur du blog Singularity, 2017 (traduction).


Thème du mois: Smartphones, autres technologies portables de santé  et longévité


La science-fiction de Star Trek, nous l’avons dépassée

En un peu plus de 25 ans, nous avons connu dans le domaine technologique, deux bouleversements majeurs et qui se combinent tellement bien que nous n’en voyons plus qu’un.

Le 1er bouleversement est celui d’internet. A partir des années 90, pour les scientifiques d’abord puis pour le public large, l’information est devenue de plus en plus accessible virtuellement.

Le second bouleversement est celui de la téléphonie mobile. Il débute également dans les années 90 d’abord pour les citoyens aisés et puis rapidement pour la majorité des habitants de la planète, y compris les plus pauvres.

C’est depuis à peine 10 ans que les deux technologies se fondent pour permettre des instruments dépassant les rêves les plus fous des auteurs de science-fiction du passé.

Beam me up, Scotty disait le capitaine Kirk dans Star Trek. Aujourd’hui la téléportation n’est plus nécessaire pour communiquer puisque quasiment tout ce qui est information est dématérialisable, accessible à presque tous et presque partout et ceci dans un instrument d’une centaine de grammes et pouvant coûter moins de 100 euros. Se déplacer n’est plus nécessaire pour parler à un ami, connaître la température à Honolulu, voir la terre depuis l’espace ou lire les déclarations publiques, les communications et les décisions de milliards de personnes, organisations, administrations et entreprises. Il en va de même pour prendre connaissance des communications médicales depuis celles de l’Organisation mondiale de la Santé jusqu’aux informations de tout petits groupes de patients rassemblés par-delà les frontières.

L’être humain a des capacités extraordinaires qui ont rendu cela possible. Il a aussi la capacité de s’habituer tellement vite à ces progrès qu’il s’en servira plus pour partager des vidéos de chats et enfants charmants et pour se plaindre de lendemains qui ne chantent pas assez que pour améliorer sa santé.

C’est probablement notamment pour cela que le tricorder médical qui dans Star Trek était utilisé par les médecins pour aider à diagnostiquer les maladies et recueillir des informations corporelles sur un patient reste, lui, en 2017, de la science-fiction.

Les applications de santé dans les téléphones intelligents

Des dizaines de milliers d’applications de santé sont disponibles aujourd’hui dans les environnements Apple et Google. Il y a notamment des applications :

– servant les professions médicales
– servant les patients dans le cadre de traitements
– effectuant des mesures de santé (les plus utilisées).

Alors que le domaine médical est généralement fortement réglementé, un processus de certification n’a été que rarement appliqué en la matière. La grande facilité pour réaliser ces applications, le nombre considérable de groupes tentant de vendre leur produit et l’absence de contrôle systématique limitent l’utilisation médicale. En réalité, les produits les plus connus comme l’application Santé d’Apple ou les bracelets Fitbit sont surtout utilisés pour la mesure de l’exercice de personnes en bonne santé, mesurant bien plus le fitness que la santé.

Les capteurs connectés

De très nombreuses solutions existent, notamment pour tout ce qui est de la surveillance des personnes malades. Des systèmes de surveillance à distance existaient d’ailleurs déjà avant l’arrivée d’Internet. Mais ici aussi, alors que la fiabilité peut être une question de vie ou de mort pour les patients les plus âgés ou pour ceux souffrant de certaines maladies à déclenchement brusque, le niveau de performance reste malheureusement faible.

Il est – négativement – fascinant de constater qu’il n’existe à ce jour aucun capteur connecté largement reconnu comme efficace qui pourrait avertir à distance lorsqu’une personne a des troubles importants de santé. Il faut que la personne âgée « appelle à l’aide ». Aujourd’hui, le réseau (et surtout Google) peut deviner où vous allez, vous rappeler vos rendez-vous, vous avertir du départ de votre avion, compter vos pas, déterminer l’endroit où vous êtes à quelques dizaines de centimètres près. Mais les créateurs d’objets connectés restent à ce jour incapables de créer un bracelet (ou un autre dispositif) détectant efficacement « tout seul » et sans risque d’erreur ou de fausse alerte des problèmes sérieux de santé.

Les perspectives

A terme, des dispositifs de mesure pourraient être portés par tous ceux qui le souhaitent pour mesurer l’activité, la respiration, les battements cardiaques et prévenir lorsque des problèmes se posent. Il est aussi envisageable d’avoir des capteurs ailleurs, par exemple dans les cuvettes des WC. Ce n’est pas la plus poétique des analyses médicales, mais cela serait une source considérable d’information concernant l’alimentation et de nombreuses affections.

Enfin, il est concevable d’avoir des capteurs à l’intérieur du corps qui pourraient détecter par exemple des agrégats graisseux dangereux, des virus, des signes de maladies cardiovasculaires, des cellules cancéreuses… Au fur et à mesure des progressions en matière de miniaturisation et de transmission, l’efficacité augmente et le caractère invasif diminue.

Dans un monde qui ferait de la santé, de la prévention et de la recherche médicale une priorité, il est imaginable que ces informations ne seraient pas uniquement utiles aux patients mais qu’elles seraient également, sauf opposition expresse des intéressés, rassemblées et analysées après anonymisation.

Les risques

Aujourd’hui, la plupart de ces technologies sont encore d’une fragilité et d’une imprécision importantes. Le degré de redondance et la précision doivent être considérablement renforcés et des mécanismes de contrôle équivalents à ceux des autres domaines médicaux sont nécessaires pour une utilité optimale pour les citoyens. Mais au-delà de ces questions qui ne nécessitent « que » du travail médical et informatique, il y a la question de la sécurité vis-à-vis de personnes mal intentionnées. Les plus grands experts informatiques ne se fient pas uniquement à l’informatique pour leur webcam, ils ajoutent aussi un bout de sparadrap pour empêcher physiquement tout « hacker » de regarder.

Une action similaire ne sera pas toujours possible dans le domaine de la santé, particulièrement pour des capteurs internes. Il faudra donc des recherches poussées au niveau informatique et également au niveau législatif et réglementaire.

Demain, un téléphone intelligent, sanitaire et solidaire ?

Nous nous servons quotidiennement de nos smartphones pour des buts innombrables, mais pas assez pour ceux de santé, moins encore en termes collectifs. Nous sommes des milliards à avoir accepté une perte d’anonymat et une prise de risques vis-à-vis des réseaux sociaux, mais nous sommes beaucoup plus réticents pour partager nos données de santé. Pourtant, la majorité d’entre nous serait d’accord de partager des données pour sauver d’autres vies, certainement si l’anonymat est garanti et probablement même si cela comportait des inconvénients mineurs. La création d’un environnement culturel, social, médical… favorable à ces mises en commun de données pourrait être un des moteurs de la recherche collective pour une vie en bonne santé beaucoup plus longue.

Les bonnes nouvelles du mois. Succès de la Raadfest. Longévité accrue en Belgique.

La Raadfest (Revolution against Aging and Death) a rassemblé début août à San Diego des centaines de personnes. Pendant près de 4 jours, plusieurs des plus grands spécialistes mondiaux du vieillissement et aussi de nombreux activistes de la longévité, se sont rencontrés.

C’était un show à l’américaine, pas uniquement avec des gens totalement sérieux. Mais il y avait un enthousiasme qui faisait plaisir à voir et une volonté affichée de partager des informations illustrée notamment par un site internet « Society for the Rescue of Our Elders » (Société pour le sauvetage de nos personnes âgées).

Et dans la vraie vie, en Belgique comme ailleurs, la durée de vie continue de globalement progresser. Après une légère baisse en 2015, en 2016, elle progresse de 0,4 année. La direction statistique du SPF (ministère fédéral belge) Economie écrit Les  tables  trisannuelles  permettent  également  d’observer  que  l’espérance  de  vie  à  la  naissance augmente  pour  passer  de  77,38  ans  en  1996-1998  à  81,08  ans  dans  la  table  de  2014-2016,  sans  subir  aucune baisse (sur base trisannuelle) dans l’intervalle.


Pour en savoir plus:

 

 

 

Cent informations longévitistes de ces dix dernières années. La mort de la mort. Juillet 2017. N° 100.

Si vous êtes vivant dans 30 ans, il est vraisemblable que vous serez toujours vivant dans mille ans. Alexa Erickson, écrivaine américaine, mai 2017 (source de la citation traduite).


Vous avez devant les yeux le centième numéro de La mort de la mort et également le plus long. Pour l’occasion, vous trouverez 100 nouvelles concernant le vieillissement de ces 10 dernières années. Elles sont divisées en 10 catégories.

A. Progrès de longévités humaines
B. 
Les arbres ne montent pas (encore) jusqu’au ciel
C. Une vie plus longue en bonne santé
D. Des maladies et affections globalement moins nombreuses et moins souvent mortelles
E. Progrès de la génétique
F. Progrès des recherches de santé et découvertes concernant des animaux
G. Progrès de l’informatique médicale et avancées « vertigineuses »
H. Progrès des entreprises
I. Progrès des opinions
J. Ils ont dit et écrit

Il s’agit surtout de bonnes nouvelles mais pas exclusivement. Chaque information est accompagnée d’au moins un lien vers un article pouvant vous éclairer plus avant. La source est souvent Wikipédia (les articles de Wikipédia étant eux-mêmes sourcés), le plus souvent en français mais parfois en anglais. Tous les liens fonctionnaient au 30 juillet 2017.

Les caractéristiques de ces 100 nouvelles relatives à la longévité sont les suivantes:

  • elles n’auraient pu être écrites, ni souvent envisagées, il y a 10 ans;
  • elles montrent des évolutions nettes et souvent spectaculaires;
  • beaucoup de ces nouvelles auraient été de très bonne surprises voire de la science-fiction utopique en 2007.

Et les années à venir devraient être plus spectaculaires encore!

A. Progrès de longévités humaines

  • L’espérance de vie des humains a crû de 4 ans dans le monde depuis l’an 2000 et dépasse aujourd’hui 70 ans.
  • L’espérance de vie des femmes a également crû de 4 ans dans le monde depuis l’an 2000. Elle est aujourd’hui de 74 ans.
  • Certains pensent que la santé des adultes se dégrade. En fait, la mortalité ne diminue pas seulement pour les plus jeunes ou pour les plus âgés, elle diminue pour toutes les tranches d’âge. Ainsi, même en seulement 4 ans, au Québec, de 2012 à 2016, les évolutions positives sont visibles.
  • Le pourcentage de mortalité globale diminue donc (logiquement) également globalement (avec des variations selon l’évolution de l’âge moyen de la population). Ainsi, en 2004, près de 9 citoyens du monde sur 1.000 sont morts alors qu’en 2014, il ne s’agissait plus que d’un peu moins de 8 sur 1.000.
  • Une jeune femme de 25 ans avait en 2015 en France une (mal)chance sur 5.000 de mourir. Autrement dit, si le vieillissement était absent, elle pourrait espérer vivre plusieurs millénaires.
  • L’espérance de vie a crû de 2 ans en France ces dix dernières années
  • En Belgique, l’espérance de vie dépasse les 80 ans depuis 2010.
  • Au Canada, l’espérance de vie à cru de 3 années depuis l’an 2000.
  • Au Sénégal, les femmes vivent en moyenne 69 ans, 30 ans de plus qu’en 1960.
  • Au Bangladesh, un des pays les plus pauvres du monde, l’espérance de vie a crû de 4 ans environ les 10 dernières années.
  • En Afrique subsaharienne, la zone du monde la plus pauvre, l’espérance de vie a crû de 6 ans (!) ces 10 dernières années.
  • Les inégalités entre le nord et le sud continuent de décroître en ce qui concerne l’espérance de vie
  • Il n’y a jamais eu autant de personnes âgées de 75 ans et plus dans le monde en nombre absolu et en proportion. En France, c’est plus de 9 % de la population.
  • Il n’y a jamais eu autant de nonagénaires dans le monde en nombre absolu et en proportion. En France, ils étaient 550.000 en 2013.
  • Il n’y a jamais eu autant de centenaires dans le monde en nombre absolu et en proportion. Par exemple, le nombre de centenaires au Royaume-Uni a crû de 72 % de 2004 à 2014.
  • L’espérance de vie des suisses à l’âge de 65 ans est aujourd’hui de plus de 20 ans.
  • Dans tous les pays du monde, l’espérance de vie est désormais de 50 ans au moins. L’espérance de vie moyenne, même dans les pays les plus pauvres est donc plus longue que la durée de vie maximale humaine durant presque toute l’histoire de l’humanité. En effet, jusqu’il y a un peu moins de 10.000 ans, avant les villes et les villages, avant les civilisations, les humains mouraient (quasiment) tous  avant 50 ans.

B. Les arbres ne montent pas (encore) jusqu’au ciel

  • Parmi les 7,5 milliards d’êtres humains sur notre planète, seuls un petit millier (voire moins) ont plus de 110 ans d’âge (moins d’une personne sur 5 millions).
  • Une demi-douzaine de personnes dans le monde (une personne sur un milliard) sont connues comme ayant 115 ans et plus.
  • Jeanne Calment décédée à 122 ans en 1997 reste, selon toute vraisemblance, la personne ayant vécu le plus longtemps dans l’histoire de l’humanité.
  • Dans les journaux populaires ou supposés de qualité, les articles à propos de joyeux supercentenaires ayant plus de 130 ans se font moins nombreux. C’est signe que, dans ce domaine-là, les fausses nouvelles sont moins nombreuses et moins folkloriques qu’avant. En 2006, Josefa Molina Lantz était censée avoir vécu 175 ans. Aujourd’hui, les affirmations de longévités extrêmes reprises dans les médias n’atteignent plus 150 ans. Et la vérité est que pas un être humain n’a plus de 117 ans aujourd’hui.

C. Une vie plus longue en bonne santé

  • Selon l’étude Global Burden of Disease du Lancet en 2010, alors que l’espérance de vie à la naissance avait augmenté de 4,7 ans pour les hommes et de 5,1 ans pour les femmes entre 1990 et 2010, l’espérance de vie en bonne santé à la naissance avait augmenté elle de respectivement 3,9 ans et 4 ans. Autrement dit, environ les 3/4 des années de vie gagnées le sont en bonne santé.
  • La durée mondiale moyenne de vie en bonne santé estimée par l’OMS en 2015 est de 63,1 ans.
  • Jamais dans l’histoire de l’humanité, il n’y a eu autant de nourriture disponible (par personne et en chiffres absolus). Mais jamais non plus, malheureusement, il n’y a eu autant de personnes en situation de surpoids. Selon une étude du Lancet, au niveau mondial, l’obésité approche le quart de la population, soit 2 % de plus qu’en l’an 2000.
  • Le record du monde de l’heure du cycliste centenaire a été établi en 2012 par Robert Marchand. Auparavant ce type de record n’existait pas.
  • Selon une étude parue en 2013, les nonagénaires danois nés en 1915 ont à 93 ans des meilleures capacités physiques que les nonagénaires nés en 1905 et ayant 91 ans. Les nonagénaires les plus « récents » ont donc de meilleures capacités que les nonagénaires les plus « anciens » malgré qu’ils soient plus âgés.
  • Les centenaires également sont en meilleure santé en 2017 que l’on ne le pensait auparavant.
  • Vu notamment l’avancée en âge de la populations, la mortalité et la morbidité concernant la maladie d’Alzheimer (et les autres maladies neurodégénératives) sont globalement en forte hausse.
  • Cependant, malgré les progrès lents de la recherche à ce sujet et malgré ce qui est généralement perçu, à âge égal, l’impact des maladies neurodégénératives semble décroître.

D. Des maladies et affections globalement moins nombreuses et moins souvent mortelles

  • Jamais dans l’histoire de l’humanité, la mortalité infantile n’a été aussi basse. Ainsi en Suisse, il n’y a plus en 2014 que 3,7 décès par 1000 enfants avant un an alors qu’il y en avait encore 4,4 en 10 ans auparavant.
  • Jamais dans l’histoire de l’humanité, la mortalité maternelle (suite à une grossesse) n’a été aussi faible.  Par exemple, au Sénégal, de 2005 à 2015, le nombre de décès de mères par million de naissances est passé de 43 à 32.
  • Jamais dans l’histoire de l’humanité, il n’y a eu autant de médecins (et professions médicales). 13,9 médecins par 10.000 habitants en 2013 (contre 13 en 2009).
  • Jamais dans l’histoire de l’humanité, nous n’avons dépensé autant pour les soins de santé (mais cette hausse ne signifie pas toujours des progrès de santé équivalents). Les dépenses frôlent les 17 % du PIB des Etats-Unis en 2015, près de 10.000 dollars par personne et par an, plus de 2 % de plus qu’il y a 10 ans.
  • Le nombre de cancers augmente, notamment vu l’avancée en âge, mais nous en mourons de moins en moins. Bon an, mal an, la mortalité due au cancer, à âge égal diminue d’environ 1 % par an en France depuis 1980.
  • La mortalité suite à des affections cardio-vasculaires diminue voire parfois dégringole. Ainsi, selon une étude dans certaines régions de Belgique et de France, pour les hommes, la mortalité par infarctus aigu du myocarde est passée en moins de 25 ans (1994 – 2008) de presque 100 cas pour 100.000 habitants par an à moins de 50 (les femmes  passant elles de 45 à 22 morts par 100.00 habitants).
  • Le taux de malaria dans le monde a considérablement diminué ces dernières années.
  • La tuberculose fait encore plus d’un million de morts par an, mais le pourcentage de mortalité a diminué d’environ 1/3 entre 2005 et 2015.
  • Si la lèpre et son impact restent encore bien plus présents que ce que n’imaginent la plupart des citoyens des pays aisés, la maladie diminue : il y avait 300.000 cas répertoriés en 2005 et toujours plus de 230.000 cas en 2012.
  • Le nombre de cas de rougeole (qui tuait de nombreux enfants dans les pays pauvres) a été presque divisé par dix en 35 ans (moins de 500.000 cas par an aujourd’hui).
  • Côté « négatif », selon l’OMS en 2014, le nombre de cas de diabète est en hausse énorme touchant 8,5 % de la population mondiale (contre 4,7 % en 1980) et la mortalité est en hausse également, tuant directement 1,5 million de personnes dans le monde.
  • Les hépatites (de tous types) tuent également plus en 2015 qu’en 2005 (environ 1.350.000 personnes par année contre environ 1.200.000).
  • Il y a 20 ans, si la maladie était avancée, l’espérance de vie d’une personne atteinte du SIDA était très courte . Aujourd’hui, si les soins adéquats sont fournis, la différence d’espérance de vie entre les personnes atteintes du sida et les autres est faible.

E. Progrès de la génétique

F. Progrès des recherches de santé et découvertes concernant des animaux

  • Jamais dans l’histoire de l’humanité, il n’y a eu autant de chercheurs. 7,8 millions en 2013, soit 21 % de plus qu’en 2007. Beaucoup sont actifs dans le domaine médical.
  • Des dizaines de milliers d’applications à vocation médicale sont disponibles de par le monde. Les applications médicales n’existaient que peu ou pas il y a 10 ans.
  • En 2009, le prix Nobel de médecine et de physiologie 2009 a été attribué à trois chercheurs définis par le journal « Le monde » comme en quête d’immortalité. Elizabeth Blackburn, Carol Greider et Jack Szostak ont découvert des mécanismes de fonctionnement de la télomérase.
  • En 2011, le professeur français Jean-Marc Lemaitre et son équipe sont parvenus à transformer des cellules de patients âgées en cellules-souches, c’est-à-dire en cellules susceptibles de se reproduire sans limitation et potentiellement de produire des organes et tissus de toutes les parties du corps. Le patient le plus âgé dont les cellules ont été « régénérées » avait plus de 100 ans.
  • En 2015, la « Food and Drug Administration » a autorisé l’utilisation de metformine sur des personnes âgées en bonne santé pour vérifier un effet possible positif sur leur longévité. Ce médicament n’est plus sous brevet, son utilisation possible pour la longévité ne sera donc pas coûteuse. D’autres produits sont de plus en plus testés pour la longévité ces dernières années: la rapamycine, les statines, la classique aspirine, …
  • En 2016, Liz Parrish de la société Bioviva est devenue le 1er humain à  s’annoncer comme effectuant sur elle-même une thérapie génétique pour améliorer sa propre longévité. C’est une expérience controversée mais courageuse.
  • En 2017, la destruction des cellules sénescentes est une des pistes les plus prometteuses pour lutter contre le vieillissement avec notamment des résultats très prometteurs chez les souris.
  • Côté négatif, le nombre de médicaments nouveaux produits dans le monde est en baisse notamment vu la complexité des réglementations et des principes dits de précaution utiles, mais ne prenant pas suffisamment en compte que la prudence, c’est parfois l’abstention, mais parfois aussi l’action. En 2016, seuls 16 médicaments étaient approuvés pour être vendus par la Food and Drug Administration américaine.
  • Depuis 2010, au moins chez le rat, un poumon « cultivé » en laboratoire permet une fonction respiratoire.
  • Les imprimantes 3D à vocation médicale n’existaient pas il y a 10 ans. Elles ouvrent des nombreuses perspectives pour la recherche, la création in vitro d’organes humains,…
  • Wisdom, une femelle albatros continue à pondre à l’âge de 66 ans (au moins). Pour cet animal, la longévité n’est pas un mythe et offre des perspectives d’étude.
  • Le requin du Groenland semble vivre plus de 4 siècles. Avant 2016, aucun vertébré vivant ayant vécu nettement plus de 2 siècles n’était connu.
  • En 2007, des tardigrades ont résisté à un séjour en fusée Soyouz. Dans l’espace, personne ne vous entend crier, mais un petit animal de 1 millimètre peut tenir compagnie sans scaphandre.

G. Progrès de l’informatique médicale et avancées « vertigineuses »

  • La loi de Moore (en réalité la conjecture de Moore) continue à s’appliquer, même si certains prédisent sa fin prochaine. La puissance de calcul est donc toujours exponentiellement plus forte, notamment pour les recherches médicales.
  • Si souvent la grande quantité de données médicales disponibles n’est pas (encore?) utilisable, de manière générale, elle est devenue gigantesque.
  • La société Insilico Medicine fondée en 2008 et dirigée par le chercheur russe basé au Royaume-Uni Alex Zhavoronkov a pour ambition d’utiliser l’intelligence artificielle dans le domaine de la recherche médicale, notamment de médicaments.
  • En 2011, le programme informatique IBM Watson, la forme probablement la plus performante de l’intelligence artificielle « générale », a écrasé les humains les plus performants dans un jeu de culture générale appelé Jeopardy. IBM investit maintenant dans la recherche informatique pour la santé et, potentiellement, la longévité.
  • Ray Kurzweil, qui défend depuis bien des années l’idée d’atteindre « l’immortalité » sous forme informatique, a été engagé en 2012 comme ingénieur par Google.
  • En 2013, Dmitry Itskov a organisé à New York la conférence 2045 qui vise à un jour créer un être humain virtuel et sans vieillissement.
  • Le Human Brain Project européen, établi en 2013, vise d’ici à environ 2024 à simuler le fonctionnement du cerveau humain grâce à un superordinateur. Il étudie notamment ce qui est lié aux maladies neurodégénératives.
  • La Brain Initiative américaine, démarrée, comme le Human Brain Project,  en 2013, veut  accélérer le développement et les applications de technologies innovatrices pour améliorer la compréhension du cerveau humain.
  • En 2016 a été créée artificiellement une bactérie synthétique avec moins de gènes que n’importe quelle bactérie « naturelle ». Chaque progression dans ce domaine permet de mieux comprendre les êtres vivants et potentiellement les mécanismes de longévité.

H. Progrès des entreprises

  • Google Calico qui a pour objectif de s’attaquer au vieillissement est créé en 2014 et a aujourd’hui plus d’un milliard de dollars de moyens financiers.
  • La Chan Zuckerberg Initiative réalisée par le dirigeant de Facebook et son épouse veut mettre fin à l’ensemble des maladies (!) avec un investissement de départ de 3 milliards de dollars.
  • Depuis 2014, Google Genomics veut organiser les informations génomiques à l’échelle mondiale dans le but de les rendre accessibles et utiles à tous. Google Genomics collabore notamment avec la Global Alliance for Genomics & Health, alliance où sont représentées de nombreuses institutions publiques et privées.
  • La Baseline Study de Google annoncée en 2014 veut étudier les données physiologiques de 10.000 personnes en bonne santé, notamment pour détecter plus rapidement les problèmes de santé.
  • Human Longevity Incorporated créée en 2013 veut créer la plus grande base de données humaine de génotypes et de phénotypes.
  • 23andMe, la plus grande société de séquençage génétique a un peu plus de 10 ans. Elle permet à des centaines de milliers de personnes de rassembler des données génétiques. Après une interruption pour des raisons de régulation de santé, la société recommence à donner des informations médicales à ceux qui se font séquencer.
  • Des centaines d’autres startups et organisations médicales relatives à la longévité se sont créées de par le monde ces dernières années.

I. Progrès des opinions

  • En 2016, 72 %  français, selon un sondage de Swiss Life Insurance, ont une opinion favorable à la longévité radicalement accrue, entendue de la manière suivante: On parle en médecine de transhumanisme ou d’homme augmenté, ce qui signifie que les progrès en médecine permettront à l’avenir d’augmenter fortement la longévité des hommes (…). Diriez-vous que ce type d’évolutions est une bonne ou une mauvaise chose?.
  • En 2016, à Berlin en Allemagne, un parti, Partei für Gesundheitsforschung, s’est présenté pour la première fois à des élections pour favoriser politiquement et socialement les avancées pour la longévité.
  • En 2016, un débat public américain établit que les partisans d’une longévité accrue l’emportent sur ceux qui souhaitent le statu quo (la majorité déclarant que la durée de vie actuelle n’est pas assez longue et qu’il faut donc chercher à l’allonger)
  • Selon un sondage en ligne, 89 % des lecteurs du journal britannique Daily Telegraph choisiraient de prendre une pilule anti-âge pour vivre jusqu’à 120 ans s’ils le pouvaient.
  • Heales, Healthy life extension society est née il y a 8 ans, a organisé trois conférences internationales (Eurosymposium) et promeut, en Europe, des recherches et réflexions pour une vie en bonne santé beaucoup plus longue. Cette lettre est une réalisation de cette organisation.
  • Depuis 2012, l’International Longevity Alliance rassemble des personnes et des organisations pour des réflexions mondiales et la promotion de la recherche.
  • Le 1er octobre de chaque année n’est plus seulement la journée internationale des personnes âgées mais devient de plus en plus la Journée de la longévité.
  • La longévité est également un des buts, modérés mais explicites des Objectifs de développement durable fixés par l’ONU pour les années 2015 à 2030: D’ici à 2030, réduire d’un tiers, par la prévention et le traitement, le taux de mortalité prématurée due à des maladies non transmissibles.

J. Ils ont dit et écrit

  • En 2011, Laurent Alexandre publie son livre: La mort de la mort. Comment la technomédecine va bouleverser l’humanité.
  • Jean-Luc Mélenchon, en septembre 2014, a déclaré Voici que les progrès inouïs des sciences et des techniques commencent à profiler le rêve fou qui était celui de Condorcet. Un jour mes amis, nous allons vaincre la mort.
  • Luc Ferry ancien ministre de l’éducation en France s’exprimait dans Le Point en août 2016: Le projet transhumaniste n’est pas absurde. Il s’agit de fabriquer une humanité qui serait à la fois jeune et vieille, qui réaliserait enfin l’adage: « Si jeunesse savait, si vieillesse pouvait. »
  • Mark Eyskens, ancien premier- ministre belge a déclaré en 2014 à propos du livre « La mort de la mort », On dirait de la science-fiction, et pourtant le transhumanisme est en train d’émerger.
  • Le pape Benoît XVI a écrit dans une homélie du 3 avril 2010, Tôt ou tard, il devrait être possible de trouver le remède non seulement contre telle ou telle maladie, mais contre la véritable fatalité – contre la mort. En somme, le remède de l’immortalité devrait exister. Aujourd’hui aussi les hommes sont à la recherche de cette substance curative. La science médicale actuelle s’efforce, non d’exclure à proprement parler la mort, mais d’en éliminer toutefois le plus grand nombre possible de causes, de la reculer toujours plus ; de procurer une vie toujours meilleure et plus longue.
  • Ben Goertzel, un des plus grands spécialistes de l’intelligence artificielle, veut utiliser celle-ci pour une vie beaucoup plus longue. Il déclarait en 2015 (traduit de l’anglais): Cent dix ans sont loin de notre but final – l’objectif, c’est de vivre pour toujours. Mais si vous vivez aussi longtemps, nous espérons que la technologie de l’intelligence artificielle résoudra le reste des problèmes au cours de votre vie.
  • Sergey Brin, Larry Page et Bill Marris, trois des plus importants dirigeants de Google ont fait des déclarations « pro-longévité », Bill Marris envisageant une vie de 500 ans.
  • Par contre, Elon Musk, le fondateur notamment de Tesla, ne veut vivre « que » 100 ans … ou un peu plus.
  • A Bruxelles, le 1er octobre 2016, des scientifiques et longévitistes adoptaient une Déclaration pour l’extension radicale de la durée de vie.
  • En mai 2011, à l’occasion de la publication de son livre Au-delà de nos limites biologiques, Miroslav Radman, scientifique serbo-croate, proposait de doubler la vie, de multiplier l’espérance de vie par deux.
  • En février 2011, le célèbre magazine Time annonçait l’homme immortel pour 2045.

Les bonnes nouvelles du mois: de Madrid à San Diego, deux activités internationales pour la longévité


Et les deux dernières (bonnes) nouvelles concernent la multiplication des activités internationales consacrées uniquement ou principalement à l’allongement radical de la durée de vie en bonne santé.

En juin, des centaines de spécialistes et de militants se réunissaient à Madrid pour l’
International Longevity & Cryopreservation Summit.

En août, ils seront à San Diego (USA) du 9 au 13 août pour ce que certains ont appelé le Woodstock de la longévité: la RAADfest.


Pour en savoir plus:

 

 

Longévité individuelle et collective. La mort de la mort. Juin 2017. N° 99.

Les phrases étaient si éloquentes qu’il était difficile de résister au sentiment que des idées profondes et subtiles les sous-tendaient même si personne n’apercevait lesquelles. Nick Bostrom, la fable du dragon-tyran à propos de ceux justifiant le fait de ne pas lutter contre la mort par vieillissement.


Thème du mois. Longévité et risques existentiels
(risques pour l’ensemble de l’humanité)


Nous autres civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles écrivait, il y a 98 ans, Paul Valéry, au sortir de la première guerre mondiale.  Cette phrase forte était notamment l’illustration d’un monde où il devenait envisageable que les progrès technologiques mènent à la fin de notre histoire collective.

De quoi s’agit-il

L’angoisse d’une disparition, pas seulement d’une personne ou d’un groupe, mais de toute une civilisation voire de toute l’humanité, est une peur ancestrale, illustrée dans bien des contes et récits d’apocalypse ou de déluges. Dans ces récits, la catastrophe est souvent créée par les hommes -par une faute contre les dieux.

Le concept de « risque existentiel« , la peur du côté obscur du futur fait partie des plus anciens cauchemars de l’humanité, un récit qui contrebalance mais aussi fait écho aux rêves d’immortalité. L’être humain est le seul être vivant qui a conscience de l’inéluctabilité de sa mort. Il est également conscient des forces et des fragilités des futurs collectifs. S’il veut puiser dans la survivance du groupe une certaine acceptation de sa fin, il est néanmoins conscient que le groupe lui aussi peut « mourir ».

Dans le passé récent, le concept de risque existentiel a été très largement popularisé et théorisé par un philosophe suédois vivant à Oxford, Nick Bostrom. Celui-ci distingue les risques que l’humanité se crée à elle-même et les risques naturels (par exemple un astéroïde qui s’écraserait sur la Terre) et il considère qu’à court terme, ce sont les risques anthropiques qui sont les risques majeurs.

Pour les risques créés par l’humain, il y a malheureusement bien des catégories qui sont envisageables, notamment:

Et la liste est malheureusement largement incomplète, notamment parce qu’il existe presque certainement des risques dont nous n’avons pas encore conscience.

Malheureusement également, il est imaginable qu’un jour, compte tenu des progressions technologiques, la « démocratisation de la violence », l’accessibilité de moyens de destruction soit telle qu’un petit groupe, voire un individu isolé puisse détruire l’humanité.

Les optimistes rappellent que les grandes craintes technologiques du passé se sont révélées exagérées. Les pessimistes signalent notamment que le fait que nous sommes apparemment seuls dans l’Univers (ce qui s’appelle le paradoxe de Fermi) pourrait bien s’expliquer par le fait que les civilisations technologiques finissent par s’autodétruire. Ils rappellent aussi, par un trait d’humour, le parcours imaginaire de l’homme en train de tomber d’un gratte-ciel, qui croise au 15e étage un laveur de vitres et lui crie « Jusqu’ici tout va bien ».

Longévité individuelle – longévité collective – pulsion de mort

Certains ont parfois affirmé que la longueur de l’existence collective était facilitée par la brièveté des existences individuelles. A entendre ce raisonnement, la mort d’un individu ayant été productif serait plutôt une bonne chose parce qu’il laisse la place aux générations suivantes. Certains verront aussi dans la mort de l’individu, précédé de sa décrépitude, une garantie que le groupe reste plus important que l’individu, une garantie de faiblesse des individus qui évite que ces individus se dressent contre la collectivité.

Mais parfois, ce désir et cette apologie de la mort vont plus loin. L’idée de mort souhaitable s’étend au-delà des individus, au souhait de la disparition de populations entières voire même de l’humanité. Les raisons invoquées peuvent être le respect de la nature ou d’une volonté divine, la fin de la surpopulation, la cruauté des femmes et (surtout) des hommes ou encore pour mettre fin aux souffrances humaines. Quoi qu’il en soit, c’est une considération que l’être humain ne vaut pas la peine de persister. Ceci peut s’expliquer psychologiquement. La mort étant acceptée individuellement, elle en devient souhaitée collectivement.

Attention, ici le trait a cependant été forcé. Ces « pulsions de mort », souhaits de disparition collective sont des attirances-répulsions où presque toujours la vie l’emporte. C’est la fascination qui s’empare de nous au sommet d’une falaise qui nous pousse à faire un pas en avant, l’envie que nous avons de détruire ce que nous avons de plus précieux, c’est une pulsion de mort qui nous fascine mais presque jamais ne l’emporte.

Longévité individuelle et collective – pulsion de vie et prévention des risques

En fait, le raisonnement selon lequel la mort des individus est favorable à un meilleur équilibre de la civilisation est incorrect à bien des égards. Une vie beaucoup plus longue des individus diminue les autres risques de destruction de l’humanité. Voici quelques raisons.

Dans une société où la vie devient très longue et où même la mort de vieillesse devient rare, nous avons plus de temps et d’énergie à consacrer aux autres risques de décès.  L’intérêt va alors pouvoir se concentrer sur les causes de décès plus rares et dues aux actions humaines, notamment les risques existentiels.

Une société permettant une vie en bonne santé beaucoup plus longue à tous ceux qui le souhaitent rend la vie beaucoup plus précieuse. Une des causes majeures de risques existentiels est la violence humaine. Aujourd’hui, tuer son prochain ou même tuer l’ensemble de l’humanité n’est en fait que l’accélération d’un décès inéluctable. Tout le monde meurt. Si après-demain la vie humaine n’avait plus de terme prévisible, les tentations de meurtre et « d’auto-annihilation » collectives pourraient devenir non plus seulement inacceptables mais aussi inimaginables. En d’autres mots, plus la vie individuelle est précieuse, plus nous veillons à la préserver et plus la pérennité de la collectivité sera assurée.

Une société dans laquelle les individus avancent en âge est une société de plus en plus pacifique. Les statistiques pénales démontrent que les crimes violents sont commis principalement par des personnes jeunes (surtout des hommes d’ailleurs). La sagesse n’attend pas toujours le nombre des années, mais l’écoulement du temps pour l’apprentissage de la vie en société aide considérablement.

Conclusion

La vie vaut-elle la peine d’être vécue et pourquoi ? Voici au moins quelques millénaires (et probablement beaucoup plus) que nous nous posons collectivement la question, même si aucun être humain n’a jamais pu se la poser durant guère plus d’un siècle. Quasiment chacun d’entre nous y apporte ses propres réponses qui souvent varient au fil du temps.

La conclusion est, dans la majorité écrasante des cas, que le jeu en vaut la chandelle. Oui, nous voulons vivre. Et nul ne devrait avoir le droit de mettre fin de manière prématurée à l’existence d’autrui, collectivement ou individuellement, en utilisant des moyens de destruction massive… ou en refusant de la recherche pour la santé.


La bonne nouvelle du mois: des investissements et déclarations nouvelles pour la longévité dans le monde de l’entreprise


Le milliardaire britannique Jim Mellon a déclaré (traduction) Je crois que, au cours de la décennie à venir, nous serons témoins de la période de découverte scientifique et d’avancement de l’histoire humaine la plus significative. (…) Ceci, je crois, mènera à la nécessité pour l’industrie de la longévité de prendre de l’importance et de devenir la plus grande industrie du monde. Jim Mellon, qui achève un ouvrage intitulé Juvenescence: Investing in the Age of Longevity rejoint le groupe croissant d’investisseurs et de sociétés qui poursuivent des objectifs clairs en matière de longévité.

Dans le monde francophone, des scientifiques proches de la société Elvesys, persuadés que vieillir n’est pas inévitable, et fermement décidés à révolutionner son concept même, ont récemment créé un site d’information baptisé LongLongLife.

Les autorités publiques, elles, restent plus discrètes. Mais les investissements publics pour les recherches dans tous les domaines liés aux maladies liées au vieillissement sont considérables. A quand une vision plus globale à ce niveau également? Les changements de paradigmes peuvent être rapides!


Pour en savoir plus: